Pierre Petiot

I had not initially considered appearing in this section dedicated to Some Surrealists Today. And yet, while building the page devoted to Blue Feathers, it seemed to me useful to publish here some texts that were contemporary of the wonderful text An Enactive Cognition Primer written by Barrett John Erickson (Blue Feathers) in 1998, in order to restore the atmosphere of intellectual boiling which animated us at the time.

Everything I wrote afterwards came out of a slow deepening of these few initial texts, which themselves have not been published. It would also be difficult to do so, given their density first of all, and also given their size, both too large to appear on a web page and too brief to constitute the content of a collection. When a thought - mine or Barrett's - becomes a bit too dazzling, there is treachery in diluting it of course, but there is just as much treachery in smothering in obscurity those few sparks from which it all came.

Those who know that poetry is not about poems, will sense that we were at the time - and that we both remained, at least for instants - as close as possible to a certain mental incandescence, a certain verticality. To a certain dance of the mind which constitutes for one as for the other, I believe, all that matters to us.

In order not to overload this web page, I only provide here under the title Truth, Metaphor, Model the beginning of a longer text, entitled Metaphor and Computing which also dates from 1998.


Je n'avais pas d'abord envisagé d'apparaître dans cette section dédiée à Quelques Surréalistes Aujourd'hui. Et puis, en réalisant la page consacrée à Blue Feathers, il m'a semblé utile de publier ici quelques textes contemporains du merveilleux texte Une introduction à la cognition en acte écrit par Barrett John Erickson en 1998, afin de restituer l'atmosphère d'ébullition intellectuelle qui nous animait à l'époque.

Tout ce que j'ai pu écrire par la suite est sorti d'un lent appronfondissement de ces quelques textes initiaux, qui eux-mêmes n'ont pas été publiés. Il serait d'ailleurs difficile de le faire, compte tenu de leur densité d'abord, et aussi de leur taille, à la fois trop importante pour figurer dans une page web et trop brève pour constituer la matière d'un recueil. Quand une pensée - la mienne ou celle de Barrett - se fait trop intense, il y a trahison à la diluer bien sûr, mais il y a tout autant trahison à étouffer dans l'obscurité ces quelques étiencelles dont tout est venu.

Ceux qui savent que la poésie n'est pas une affaire de poèmes, sentiront que nous étions à l'époque - et que nous sommes encore, au moins par instants, l'un et l'autre restés - au plus près d'une certaine incandescence mentale, d'une certaine verticalité. D'une certaine danse de l'esprit qui constitue pour l'un comme pour l'autre, je crois, tout ce qui nous importe.

Afin de ne pas trop alourdir cette page web, je ne donne ici sous le titre Vérité, Métaphore, Modèle que le début d'un texte nettement plus plus long, intitulé Métaphore et Calcul qui date lui aussi de 1998.

Live At The Height OfImages - Vivre à Hauteur des Images

Live At The Height OfImages - Vivre à Hauteur des Images

Truth, Metaphor, Model

"Nature happens. No one will add to it" -  Paul Valéry

Full English Text

Version Française

Only the truth of a metaphor may be defined. This is not to say that truth may be in any sense metaphoric. But simply that truth is a statement about the distance between metaphor and reality. Truth is an evaluation of the adequacy of a metaphor to reality. It would be absurd to think that truth is only that. Truth is that and nothing else. It cannot be otherwise. It has no other mode of existence. This because there is no evaluation of the adequacy of reality to reality, and besides, there is no need for it.

If this distance between metaphor and reality was ever to be suppressed, then only the "being there" would be left, perfectly adequate to itself, without any beyond, without any distance, a sort of absolute present, total chance or absolute necessity maybe, but chance or necessity, abstracted from this fundamental distance introduced by the image, the model, cannot be distinguished, and - so to say - are not even happening.
When you look at it closely, the "being there" stands without laws. This, because any law is an image too. A law describes a behavior, but the law is not the behavior, it only re-presents a behavior. And there are no laws in Nature, except the laws that images introduce in it, which are real, but only as images. It cannot be drawn out of this situation that Nature is chaos, nor may it be drawn out of it that Nature is order. Chaos and determinism are 2 variants of the same absence of wits. Because the mind - when it has wits - remembers that chaos and order are still re-presentations, models, images. The "being there" as regards itself has no models. It is careless and senseles. It does not have anything like a precedent and is no example for anything. As regards what we know about it, Marcel Duchamp once noted "La mariée [n'est jamais] mise à nu [que] par ses célibataires mêmes"... Magritte made quite the same remark with "Ceci n'est pas une pipe". In other words, we only get knowledge about reality through a movement by which "this" becomes absent. "Je dis 'une rose' et aussitôt se lève l'absente de tous les bouquets" as Stéphane Mallarmé once stated it.

"What our senses show us is not reality, but only what they think of it. Our senses are not receivers, they are not even actors. They are actions; processes. To perceive does not mean to access reality, but more to act, to build, to construct an image, a map related to this part of reality that our senses presently have to deal with. The stimulus-response model certainly has proven to be useful, but it is nevertheless a lie. We do not react to external events. Our perceptive activity builds these events. Nothing ever happens to non-living beings. What is there has no history, although it has a history for us. For us for whom having a history has a meaning. We credit the inanimate with the sort of autonomy we have as living beings, but the inanimate has no autonomy. We see forms, shapes, patterns in the world, things with a sort of own destiny comparable to ours, things with their own properties and reactions where it might be after all that only a monstruous wave funtion exists.

We never really got out of animism. We only exchanged the "soul of things" for the "laws of Nature". And yes, it seems to work better. But we are still going on with the same old story, along the same old road, casting our point of view as living beings onto the world and believing so deeply into it that we always mix up the prey and the shadow - in other terms, the sign and the thing - what we know of the world and what the world really is, that is to say an enigma until a better suggestion is proposed.

We never really got out of the monotheist point of view either. We still persist in thinking that there is something such as an absolute point of view about the world, a point of view that would not be the point of view of flesh, a perspective that would be independent of this condition we are in : the condition of living beings. We do not see that the concept of perspective only exists for living beings and that it is a real misuse to extend its meaning out of its original scope of validity. We stick to the belief that there is an absolute truth when truth, may only be - is per definition - the truth of an image.

To perceive is to work out a model. That is to say - essentially - an imperfection from which, by a sort of strange trust, we expect a certain degree of faithfulmess (of truth). Faithfulness to what, then? Not to reality obviously, since we only know about reality by means of our sense. But faithfulness to life without any doubts, since as far as we see, we do not die that often of trusting what our senses tell us. In this, in this fragile reason, in this risk, stands all the truth of perception.

Ordinary Possessions - Possessions Ordinaires

Ordinary Possessions - Possessions Ordinaires

Primitive Accumulation Of The Imaginary - Accumulation Primitive de l'Imaginaire

Primitive Accumulation Of The Imaginary - Accumulation Primitive de l'Imaginaire

And out of this we have gained something as an understanding of the miracle. So, we are no longer surprised, as the Greeks used to be, that our senses may sometimes be misleading. What is a real surprise to us now, is that perception is, after all, relatively stable and this is the basic reason why we are still alive. And well, being alive, whatever people might say or think about how charming death may be, being alive is the fundamental surprise.

However, the "being there", this "this", that our senses are talking about, is what we do not see, what we do not hear, what we do not touch or feel, what our caress never discovers nor uncovers. This, because perception is poetry, because perception is "to do", "to make"

We have learned from recent science that perception builds maps in the brain. But a map is not a location. A map may be reliable or wrong. On the opposite, a location is absolutely exact. It has an immediate, total and inevitable exactitude. The location is not true, it is real.

From the fact that perception builds maps, it would be erroneous to derive that perception is abstract. First, perception is real and concrete in its results. The maps that it builds are real, just as real as what they represent. A map is a code. Items of a code are always real, and they must be so, since a code must be perceived and read. But even in what seems abstract and non-immediately tangible in perception, which resides in its process, in its movement, perception belongs to this world : it happens. Before perception takes place is not the same as after. Perception emerges, springs up with the same degree of reality as a barrage crumbles down or as a flake of snow softly lands.

What we said above seems to be a confirmation of the platonicist vulgate according to which we only see shadows. However, the same movement shows that this antiphon is invalidated on a certain point, on a huge detail, which lies in the word "only". This, because to see is to produce shadows. And it appears that the light that produces these shadows does not lie beyond our reach. This light belongs to this world and this light is us. There is no other light, no other intellection than this one, this fragile and risky light of living beings. We are the fire that produces knowledge and there is no knowldege that is not produced by this uncertain fire of life.

We are now led to reformulate the quite approximative assertions we initially made. As our senses only provide images, metaphors and nothing such as an access to actual reality, the best we can reach is a certain level of consistency between what our senses let us know and these other images, metaphors, models, which our representations are made of. The problem is now to make a bit more explicit what this sort of consistency is made of.

- Pierre Petiot - 1998

Full English Text

Vérité, Métaphore, Modèle

"La nature advient, on n'y ajoutera pas" -  Paul Valéry

Version Française complète

English Version

Il n'y a de vérité que de métaphore. Ce n'est certes pas dire que la vérité soit métaphorique. Mais, il n'est de vérité que de cette distance de la métaphore au Réel. La vérité vient comme l'évaluation de l'adéquation de la métaphore au Réel. Il serait absurde de penser que la vérité n'est que cela. Non. Elle est cela, elle n'est rien d'autre. Elle ne saurait être autrement, elle n'a pas d'autre mode d'existence. Car il n'est point d'évaluation de l'adéquation de la réalité à elle-même et du reste, il n'en est pas besoin.

Qu'on annihile l'écart entre la métaphore et le Réel, et il n'est plus que l'être-là, l'être immédiat, parfaitement adéquat à lui même, sans au-delà, sans distance, un éternel présent, hasard total ou bien nécessité absolue, mais qui, hors du recul de l'image, du modèle, sont indiscernables et, pourrait-on dire, n'ont pas même lieu

Au plus près, l'être-là est sans lois car la loi est image, elle décrit, re-présente un comportement. Elle n'est pas le comportement, elle n'en n'est que le modèle. Et il n'y a pas d'autres lois dans la Nature que celles que les images y mettent.

Il n'est pas légitime d'en déduire que la Nature soit un chaos, pas davantage qu'il ne l'est de la dire ordre. Chaos et déterminisme ne sont que deux modes de l'absence d'esprit. Car l'esprit présent à lui même se souvient que le chaos ou l'ordre sont encore des images, des représentations, des modèles.

L'être-là, quant à lui, n'a pas de modèle. Il est insouciant, insensé. Il est sans précédent et n'est exemple de rien. Quant à ce que nous en savons, comme l'a excellemment noté Marcel Duchamp, la mariée n'est jamais mise à nu que par ses célibataires même. Nous ne prenons jamais savoir de l'être là que par un mouvement dont le ceci s'absente.

Another Exploration Of TheUnconscious - Une Autre Exploration de l'Inconscient

Another Exploration Of The Unconscious - Une Autre Exploration de l'Inconscient

Rational Thought And Imagination - Pensée Rationnelle et Imagination

Rational Thought And Imagination
-
Pensée Rationnelle et Imagination

Ce que nous montrent nos sens, ce n'est pas le réel, mais seulement ce qu'ils en pensent. Nos sens ne sont pas des récepteurs, pas même des acteurs, mais des actions, des processus.

Percevoir n'est pas accéder au réel, c'est plutôt agir, construire, bâtir une image, une carte relative à cette partie du monde qui tombe sous nos sens. Le modèle stimuli-réponse a bien pu être utile, mais il est mensonger. Nous ne réagissons pas à des événements extérieurs, c'est notre activité perceptrice qui construit ces événements.

Il n'arrive jamais rien au fond à ce qui n'est pas vivant. L'inerte est sans histoire, même s'il en a une pour nous ; pour nous, pour qui cela a un sens d'avoir une histoire. Nous prêtons notre autonomie d'êtres vivants à l'inanimé, mais l'inanimé n'est pas autonome. Nous voyons des formes dans le monde, des choses ayant une sorte de destinée propre analogue à la nôtre, des propriétés, des réactions, là où il n'y a peut-être qu'une seule monstrueuse fonction d'onde.

Nous ne sommes pas vraiment sortis de l'animisme, nous avons simplement transfiguré l'âme des choses en "lois de la nature", et sans doute cela marche-t'il un peu mieux, mais nous continuons pourtant de projeter notre point de vue d'êtres vivants sur le monde et à y croire si fort que nous prenons sans arrêt la proie pour l'ombre, confondant sans cesse et sans vergogne le signe et la chose, ce que nous savons du monde et ce que le monde est, à savoir, jusqu'à nouvel ordre, une énigme.

Nous ne sommes pas non plus sortis des monothéismes, nous continuons de penser comme s'il existait un point de vue absolu sur le monde, un point de vue qui ne serait pas celui de la chair et de ses risques, une perspective qui serait indépendante de la condition d'être vivant. Nous ne voyons pas que le concept de perspective n'existe que pour le vivant et qu'il y a abus à l'étendre au delà.

Nous nous prenons à croire à une vérité absolue quand la vérité ne saurait jamais être - et ceci par construction même - que la vérité d'une image.

Mais l'être-là, celui dont nos sens nous parlent, est ce que nous ne voyons pas, ce que nous n'entendons pas, ce que nous ne sentons ni ne ressentons, ce que notre toucher ne nous découvre jamais. Car toute perception est poésie, c'est un faire.

Les sciences nous ont appris récemment que le processus de perception construit des cartes dans le cerveau. La carte n'est pas le territoire. La carte peut être fiable ou fausse. En revanche, le territoire est d'une exactitude immédiate, totale et inévitable. Il n'est pas vrai, il est réel..

De ce que la perception puisse être construction d'une carte, il ne faut pas conclure qu'elle soit une abstraction. La perception est réelle dans son résultat. Les cartes qu'elle construit sont réelles, elles ne le sont assurément pas moins que ne le sont les territoires. Toute carte est un code. Les éléments d'un code sont toujours réels, et il faut qu'ils le soient car un code doit lui même être lu ou perçu. Mais même dans ce qu'elle a de prétendûment abstrait et plus généralement de non-immédiatement palpable, c'est à dire dans son mouvement même, toute métaphore est réelle, elle est de ce monde, elle advient.

Avant la perception, n'est pas identique à après. La perception émerge ou surgit dans ce monde avec le même degré de réalité qu'un barrage qui s'effondre, qu'un éclair qui s'abat, qu'un flocon de neige qui se pose.

Ce qui vient d'être dit confirme la vulgate platonicienne selon laquelle nous ne voyons que des ombres. Mais du même mouvement, cette antienne se trouve infirmée sur un point, un énorme détail, un seul mot qui, à lui seul, contient toute l'erreur platonicienne, et ce mot est le "que".

Car il se trouve que voir c'est produire des ombres. Il se trouve que la lumière qui produit les ombres n'est pas au delà de nous mêmes. Cette lumière est de ce monde, et c'est nous mêmes. Il n'y a pas d'autre lumière, il n'y a pas d'autre intellection que celle, fragile et risquée du vivant. Nous sommes le feu qui produit la connaissance. Il n'existe pas de savoir qui ne soit issu de ce feu. Nous sommes ce feu qui est la connaissance.

Nous sommes ainsi contraints de reformuler nos très approximatives assertions initiales. Si nos sens eux-mêmes ne nous donnent à connaître que des images, et non pas le réel, alors tout ce que nous pouvons atteindre, c'est une certaine cohérence entre ce que nos sens nous donnent à connaître, et ces autres images, métaphores, modèles qui constituent nos représentations du monde.

La difficulté réside désormais dans l'explicitation de cette cohérence...

Version Française complète

Miscellanea - Miscellanées

Miscellanea
-
Miscellanées